Châteauneuf-du-Pape Dop

I vini Dop Châteauneuf-du-Pape sono vini fermi e secchi. Per la produzione di vini bianchi e rossi vengono utilizzate uve provenienti da un elenco di diciotto varietà di uva, spesso piantate all'interno dello stesso appezzamento, Grenache N è l'uva dominante nel vigneto.

AOP – Appellation d'origine protégée
PDO – Protected Designation of Origin
Vaucluse  Provence-Alpes-Côte d'Azur  FR FRANCE

Dop  Fr

Vino  Francia  Denominazione di origine protetta (DOP)  PDO-FR-A0144  Châteauneuf-du-Pape  Vino
Registrata  18/09/1973

Caractéristiques analytiques
Les vins de l'appellation "Châteauneuf-du-Pape" sont des vins tranquilles qui se déclinent en vins rouges et blancs.
Les vins rouges présentent, au stade du conditionnement, une teneur maximale en acide malique de 0,4 gramme par litre.
Au stade du conditionnement ou de la transaction en vrac :
- Les vins présentent une teneur en sucres fermentescibles (glucose + fructose) inférieure ou égale à 3 grammes par litre, si le titre alcoométrique volumique naturel est inférieur à 14 %, et inférieure ou égale à 4 grammes par litre, si le titre alcoométrique volumique naturel est supérieur ou égal à 14 % ;
- Les vins rouges présentent une acidité volatile inférieure ou égale à 18,37 milliéquivalents par litre et une intensité colorante modifiée supérieure ou égale à 4.
- Les vins présentent un titre alcoométrique volumique naturel minimum de 12,5 %.
- Les vins blancs ne dépassent pas, après enrichissement, le titre alcoométrique volumique total de 14,5 %.
Les teneurs en acidité totale et anhydride sulfureux total sont celles fixées par la réglementation communautaire.

Caractéristiques organoleptiques
Les vins de l’appellation d’origine « Châteauneuf-du-Pape » sont des vins tranquilles et secs. Les raisins issus d’une liste de dix-huit cépages, souvent complantés au sein d’une même parcelle, permettent d’élaborer des vins blancs et des vins rouges. Le cépage grenache N est le cépage dominant sur le vignoble. 
Les vins rouges, particulièrement aptes à la garde, sont puissants et structurés, avec une grande complexité et une longue persistance aromatique.
Les vins blancs, principalement élaborés à partir des cépages grenache B, clairette B et roussanne B, sont amples, très expressifs, avec une bonne fraîcheur aromatique.

L’irrigation peut être autorisée . Toutefois :
- La submersion volontaire des vignes est interdite ;
- Les installations d’irrigation situées à l’intérieur des parcelles de vigne ne peuvent en aucun cas être utilisées pour l’apport, au végétal, de produits fertilisants.
- Les raisins sont récoltés manuellement. Le recours à la machine à vendanger est interdit.
- Le tri qualitatif de la vendange est obligatoire. Il est réalisé soit à la vigne, soit au chai. Le tri est défini comme étant l’élimination ou la séparation des grappes de raisins ou de baies altérées (botrytis, oïdium, etc.) ou bien des grappes de raisins et des baies insuffisamment mûres.
- La vendange est transportée dans des conditions permettant le maintien de son potentiel qualitatif. Ces conditions de transport peuvent faire l’objet d’une classification des opérateurs selon les modalités définies dans le plan de contrôle ou d’inspection.

Pratique œnologique spécifique
Description de la pratique:
- L’utilisation de morceaux de bois est interdite ;
- Les vins rouges ne font l’objet d’aucun enrichissement ;
- Tout traitement thermique en vue de la stabilisation microbiologique des moûts et des vins (conditionnés ou non conditionnés), faisant intervenir une température supérieure à 40°C est interdit, à l’exception de la flash pasteurisation des vins (conditionnés ou non conditionnés).
Outre les dispositions ci-dessus, les vins doivent respecter, en matière de pratiques oenologiques, les obligations figurant au niveau communautaire et dans le code rural et de la pêche maritime.

Rendement maximal:
Le rendement est fixé à 35 hectolitres par hectare.
Le rendement butoir est fixé à 35 hectolitres par hectare.

ZONE DÉLIMITÉE
La récolte des raisins, la vinification et l’élaboration des vins sont assurées sur le territoire des communes suivantes du département du Vaucluse : Bédarrides, Châteauneuf-du-Pape, Courthézon, Orange, Sorgues.

Variétés à raisins de cuve figurant dans la liste établie par l'OIV:
Bourboulenc B
Counoise N
Mourvedre N
Muscardin N
Grenache N
Terret Noir N
Grenache Gris
Grenache Blanc
Cinsaut N
Clairette B
Clairette Rose Rs
Roussanne B
Syrah N
Piquepoul Blanc B
Piquepoul Gris G
Piquepoul Noir N
Brun Argente N

Autres variétés
picardan B

Informations détaillées sur la zone géographique:
Description des facteurs naturels contribuant au lien
Inscrite au sein du couloir rhodanien, la zone géographique de l’appellation d’origine contrôlée « Châteauneuf-du-Pape » est située sur la rive gauche du Rhône, à une quinzaine de kilomètres au nord de la commune d’Avignon, à l’ouest de la plaine du Comtat venaissin.
Au cœur du bassin sédimentaire que constitue la Vallée du Rhône, la zone géographique est principalement marquée par l’assise de dépôt de molasse marine du Miocène s’appuyant, à l’ouest, sur les importantes formations de calcaires massifs de l’Urgonien, formant un plateau aux environs de cent mètres d’altitude, et par son recouvrement d’alluvions grossières du Rhône, déposées sur ce plateau à la fin du Pliocène. Ces « Terrasses du Villafranchien», emblématiques de « Châteauneuf-du-Pape » sont constituées de cailloux roulés de provenance alpine, fréquemment de forte dimension et souvent sur de fortes épaisseurs. Il en résulte des sols plus ou moins profonds, caillouteux avec de nombreux galets roulés mêlés à une matrice argileuse rougeâtre. Les molasses déposées successivement par les incursions des mers du Miocène et du Pliocène affleurent sur le secteur nord-est, mettant en évidence des sols de texture sableuse, safres, et grès roux du Comtat.
Le paysage s’inscrit ainsi sur un relief de terrasses et de pentes, sculpté par l’alternance d’épisodes d’érosion et d’épisodes d’alluvionnement. Il est dominé par la culture de la vigne.
Le climat méditerranéen est sous influence du Mistral, vent froid et sec venant du Nord, favorisant l’ensoleillement et réduisant la pluviométrie (moins de 650 millimètres par an). Ce secteur est l’un des plus secs de la vallée du Rhône, avec un fort ensoleillement d’environ 2800 heures par an, notamment pendant la période estivale, propice à la maturité des baies.
La zone géographique couvre ainsi le territoire de 5 communes du département du Vaucluse : Bédarrides, Châteauneuf-du-Pape, Courthézon, Orange et Sorgues.

Description des facteurs humains contribuant au lien
L’origine du vignoble remonte, sans doute, au moins au XIème siècle. La culture de la vigne se développe cependant à partir du XIVème siècle, avec l’installation du Saint Siège à Avignon, et notamment sous le règne de Jean XXII (1316 – 1334). Le domaine relève directement de l’autorité du pape. Jean XXII y fait construire le château, sa « résidence secondaire », dont demeurent encore les vestiges. Il contribue de façon importante à l’essor du vignoble et à la renommée de ses vins.
La culture de la vigne s’étend de nouveau de façon importante au XVIIIème siècle, sous l’effet du développement rapide du commerce du vin. En 1750, la correspondance de la famille Tulle de Villefranche, propriétaire d’un vignoble, nous apprend que sa production d’une quarantaine d’hectolitres est expédiée dans toute la France, en Italie, en Allemagne, en Angleterre, et même aux Etats-Unis, grâce à un réseau de revendeurs. A la fin du XVIIIème siècle, de nombreux acheteurs viennent d’Avignon, d’Orange, de Carpentras, de Lyon,…. Les fûts sont expédiés des ports de Roquemaure et des Armeniers, pour la France entière.
En 1817, avec l’accord du Préfet, les producteurs décident de protéger la réputation de leur récolte et de leur vin. Le conseil municipal prend un arrêté pour que les propriétaires du lieu, ayant des vignes sur les territoires voisins, ne pratiquent pas de mélange avec des « fruits étrangers », ce qui tendrait à déprécier la qualité du vin et à tromper la bonne foi des marchands.
Vers 1870, Joseph DUCOS mène une recherche intense sur les cépages. Il détermine l’apport organoleptique de chacun. La liste des cépages autorisés du premier décret de l’appellation d’origine contrôlée, dont découle celle qui figure dans le cahier des charges, tant pour la production de vins rouges que de vins blancs, résulte de ses travaux.
En 1923, les producteurs créent, avec le Baron Le Roy de Boiseaumarié, le premier syndicat pour la défense de l’appellation d’origine contrôlée. Ils demandent et obtiennent par le jugement du tribunal d’Avignon du 28 juin 1929 une réglementation protectrice représentant le fondement essentiel de l’appellation d’origine contrôlée (délimitation de l’aire, liste des cépages autorisés, titre alcoométrique volumique minimum, tri des raisins…), et de son premier décret de reconnaissance du 15 mai 1936. A la même époque, ces exigences nouvelles sont reprises dans la réglementation nationale instituant le régime des appellations d’origine contrôlées, donnant ainsi le premier exemple d’une discipline et d’une politique adoptées par la suite par les autres régions françaises.
En 2010, la superficie du vignoble s’étend sur 3200 hectares environ, cultivés par 320 exploitations. La production moyenne est d’environ 100000 hectolitres, dont 95 % de vins rouges.

Informations détaillées sur le produit:
Les vins de l’appellation d’origine contrôlée « Châteauneuf-du-Pape » sont des vins tranquilles et secs. Les raisins issus d’une liste de dix-huit cépages, souvent complantés au sein d’une même parcelle, permettent d’élaborer des vins blancs et des vins rouges.
Le cépage grenache N est le cépage dominant sur le vignoble.
Les vins rouges, particulièrement aptes à la garde, sont puissants et structurés, avec une grande complexité et une longue persistance aromatique.
Les vins blancs, principalement élaborés à partir des cépages grenache B, clairette B et roussanne B, sont amples, très expressifs, avec une bonne fraîcheur aromatique.

Lien causal:
Traduisant les usages, l’aire parcellaire délimitée pour la récolte des raisins retient les parcelles présentant des sols avec de nombreux galets roulés mêlés à une matrice argileuse rougeâtre des fameuses terrasses villafranchiennes, et des sols à texture sableuse et gréseuse.
L’interaction entre le climat méditerranéen, chaud et sec en été, et ces sols caillouteux est à l’origine du phénomène de restitution, durant la nuit, de la chaleur emmagasinée le jour par les galets roulés (« caïau frejaü »), favorisant ainsi la maturité complète et la concentration des baies.
De plus, le climat sec, renforcé par l’action du Mistral, limite le développement des maladies cryptogamiques et favorise le bon état sanitaire de la vendange.
Dans ces situations, les usages vignerons ont conduit à une maîtrise de la production traduite par des rendements faibles (35 hectolitres par hectare), tout en respectant l’intégrité du potentiel de la matière première, notamment par l’interdiction de submersion, par l’obligation de récolte manuelle et de tri de la vendange et en privilégiant la concentration et la maturité.
Ce savoir-faire dans la conduite du vignoble va de pair avec le savoir-faire des producteurs, acquis au fil des générations, à maîtriser les sols et sous-sols variés et l’assemblage de cépages, dans l’objectif de vinifications longues, aptes à révéler toute la richesse, la structure et l’aptitude au vieillissement des vins, rouges, puissants et concentrés, et blancs, riches et complexes.
Forts et fiers de cette histoire, les producteurs veillent au maintien de l’identité de leurs vins et, à travers elle, au maintien de leur propre identité, de leur patrimoine. 
La vente hors des frontières du territoire national et l’exportation, toujours en conquête de nouveaux pays, témoigne de cette volonté des producteurs et représente la majeure partie de la production. La vente en bouteille est très largement majoritaire

Dérogation à la production dans la zone géographique délimitée
L’aire de proximité immédiate, définie par dérogation pour la vinification et l’élaboration des vins, est constituée par le territoire des communes suivantes :
- Département de l’Ardèche : Bourg-Saint-Andéol, Sarras, Saint-Jean-de-Muzols ;
- Département de la Drôme : Châteauneuf-sur-Isère, La Roche-de-Glun, Les Granges-Gontardes, Mercurol, Tain-l’Hermitage, Tulette ;
- Département du Gard : Bagnols-sur-Cèze, Cavillargues, Chusclan, Codolet, Connaux, Gaujac, La Roque-sur-Cèze, Laudun, Le Pin, Lirac, Orsan, Roquemaure, Sabran, Sauveterre, Saint-Etienne-des-Sorts, Saint-Géniès-deComolas, Saint-Gervais, Saint-Laurent-des-Arbres, Saint-Michel-d’Euzet, SaintNazaire, Saint-Paul-les-Fonts, Saint-Pons-la-Calm, Saint-Victor-la-Coste, Saze, Tavel, Tresques, Vénéjean ;
- Département du Rhône : Ampuis ;
- Département de Vaucluse : Avignon, Beaumes-de-Venise, Bollène, Buisson, Caderousse, Cairanne, Camaret-sur-Aigues, Châteauneuf-de-Gadagne, Entrechaux, Faucon, Gigondas, Jonquerettes, Jonquières, Lafare, Lagarde-Paréol, Mondragon, Morières-lès-Avignon, Mornas, Piolenc, Puymeras, Rasteau, Roaix, La Roque-Alric, Sablet, Saint-Marcellin-lès-Vaison, Saint-Romain-en-Viennois, Saint-Roman-de-Malegarde, Saint-Saturnin-lès-Avignon, Sainte-Cécile-les-Vignes, Sarrians, Séguret, Sérignan-du-Comtat, Suzette, Travaillan, Uchaux, Vacqueyras, Vaison-la-Romaine, Vedène, Villedieu, Violès.

Disposition complémentaire à l'étiquetage
L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée peut préciser le nom d’une unité géographique plus petite, sous réserve :
- qu’il s’agisse d’un lieu-dit cadastré ;
- que celui-ci figure sur la déclaration de récolte

Commenti bloccati.