Saint-Chinian Dop

Pubblicato da stradedeivini Nessun commento

I vini della dop Saint-Chinian sono ancora vini bianchi, rossi o rosati secchi. I vini provengono dall'assemblaggio di uve o vini in fermentazione o vini di almeno due varietà di uve previste nel disciplinare.

AOP – Appellation d'origine protégée
PDO – Protected Designation of Origin
Hérault  Languedoc-Roussillon  FR FRANCE

Dop  Fr

Vino  Francia  Denominazione di origine protetta (DOP)  PDO-FR-A0203  Saint-Chinian  Vino  Registrata  18/09/1973

Caractéristiques analytiques
Les vins de l’appellation « Saint-Chinian » sont des vins secs tranquilles blanc, rouge ou rosé. Les vins sont issus de l'assemblage de raisins ou de vins en cours de fermentation ou de vins issus de deux cépages au moins prévus dans l'encépagement.
Le titre alcoométrique volumique naturel minimum des vins est de 12%.
Les vins rouges présentent, au stade du conditionnement ou prêts à être commercialisés en vrac, une teneur maximale en acide malique de 0,4 gramme par litre.
Les vins présentent, après fermentation, une teneur en sucres fermentescibles (glucose + fructose) inférieure ou égale à :
Vins blancs et rosés : 4 g/l
Vins rouges avec titre alcoométrique volumique naturel inférieur ou égal à 14 % : 3g/l
Vins rouges avec titre alcoométrique volumique naturel supérieur à 14 % : 4g/l
Les vins ne dépassent pas après enrichissement le titre alcoométrique volumique total de 13 %
Les teneurs en acidité totale, en acidité volatile et anhydride sulfureux total non précisées sont celles fixées par la réglementation communautaire.


Caractéristiques organoleptiques
Les vins rouges produits dans le secteur des schistes ont une faible acidité, une robe sombre, des arômes complexes avec très souvent des notes fumées. La qualité de la structure tannique leur assure, en moyenne, une garde de cinq ans à dix ans.
Les vins rouges produits dans le secteur calcaire ont une couleur plus vive.
Jeunes, ils offrent des aromes de petits fruits rouges. A maturité ils présentent une belle persistance aromatique et la qualité de la structure tannique leur assure une conservation de dix ans à vingt ans.
Les vins rosés présentent une robe brillante. Ils sont aromatiques, friands au goût et à consommer dans l'année.
Les vins blancs secs ont une robe claire avec des arômes de fruits exotiques, agrumes ou fruits secs.

Pratique culturale
- Les vignes présentent une densité minimale de 4000 pieds à l’hectare.
L’écartement entre les rangs ne peut être supérieur à 2,50 mètres. Chaque pied dispose d’une superficie maximale de 2,5 mètres carrés. Cette superficie est obtenue en multipliant les distances d’interrangs et d’espacements entre les pieds.
- Toutefois, pour les vignes plantées au carré ou en quinconce et conduites en gobelet, chaque pied dispose d’une superficie maximale de 3 mètres carrés. Cette superficie est obtenue en multipliant les distances d’interrangs et d’espacements entre les pieds. L’écartement entre rangs et l’écartement entre pieds sur un même rang ne peut être supérieur à 1,70 mètre.
- La taille est effectuée avant le 30 avril de l’année de la récolte.
- Les vignes sont taillées en taille courte à coursons avec un maximum de 10 yeux francs par pied. Chaque courson porte un maximum de 2 yeux francs
- Le cépage syrah N peut être taillé en taille Guyot simple avec un maximum de 10 yeux francs par pied dont 6 yeux francs maximum sur le long bois et deux coursons au plus portant un maximum de 2 yeux francs
-L’irrigation peut être autorisée.

Pratique œnologique spécifique
Pratiques œnologiques et traitements physiques.
- L'utilisation des morceaux de bois est interdite.
- Pour l'élaboration des vins rosés et des vins blancs, l'emploi des charbons à usage œnologique, seuls ou en mélange dans des préparations, est interdit.
- Outre les dispositions ci-dessus, les vins doivent respecter, en matière de pratiques oenologiques, les obligations figurant au niveau communautaire et dans le code rural et de la pêche maritime.


Rendement maximal:
- Le rendement est fixé à :
* Vins rosés : 50 hectolitres par hectare
* Vins rouges et vins blancs : 45 hectolitres par hectare
- Le rendement butoir est fixé à :
* Vins rosés : 60 hectolitres par hectare
* Vins rouges et vins blancs : 54 hectolitres par hectare

ZONE DÉLIMITÉE
Aire géographique :
La récolte des raisins, la vinification, l'élaboration et l'élevage des vins sont assurés sur le territoire des communes suivantes du département de l'Hérault : Assignan, Babeau-Bouldoux, Berlou, Causses-et-Veyran, Cazedarnes, Cébazan, Cessenon, Creissan, Cruzy, Ferrières-Poussarou, Murviel-lès-Béziers, Pierrerue, Prades-sur-Vernazobre, Puisserguier, Quarante, Roquebrun, Saint-Chinian, SaintNazaire-de-Ladarez, Vieussan, Villespassans.

Variétés à raisins de cuve figurant dans la liste établie par l'OIV:
Vermentino B
Mourvedre N
Viognier B
Grenache N
Grenache Blanc
Cinsaut N
Clairette B
Roussanne B
Syrah N
Marsanne B
Carignan Blanc B
Lledoner Pelut N
Carignan N

Informations détaillées sur la zone géographique:
1°- Informations sur la zone géographique
a) - Description des facteurs naturels contribuant au lien
La zone géographique s’étend de part et d’autre de l’Orb et de son affluent, le Vernazobre. La vallée de l’Orb, encaissée dans le secteur des schistes, en aval du Pont de Tarassac, devient plus ouverte à partir du chaos de Réal, dans le secteur argilo-calcaire. Quant au Vernazobre, qui coule d’ouest en est, il dessine des coteaux d’exposition nord, le plus souvent boisés, et des coteaux d’exposition sud, essentiellement viticoles.
La zone géographique est bordée :
- au nord, par le massif de l’Espinouse et le Mont Caroux (1091 m),
- au sud, par une zone de vallonnements doux,
- au nord-ouest, par les Monts de Pardailhan et au nord-est par les Monts de Faugères
Elle se répartit ainsi sur 20 communes au nord-ouest du département de l’Hérault, entre la Montagne Noire et la plaine de Béziers.
Les parcelles destinées à la récolte des raisins sont précisément délimitées. L’aire parcellaire délimitée repose sur deux grands ensembles de sols :
- les sols développés sur schistes, soit sur schistes gréseux ordoviciens, présents sur une large ceinture d’orientation ouest/nord-est, soit sur schistes houillers du viséen inférieur, au nord-est ; c’est sur cet ensemble, qui couvre les deux tiers des surfaces délimitées, que sont délimitées les dénominations géographiques complémentaires « Berlou » et « Roquebrun » ;
- les sols développés, soit sur des graviers soudés en conglomérats (provenant des schistes), soit sur les dépôts villafranchiens (au débouché des cours d’eau issus du massif primaire), soit sur les alluvions quaternaires disposées en terrasses caillouteuses (au pied des versants schisteux), et quelques sols de décalcification sur calcaire dur réduit en squelette argilo-siliceux.
Les sols développés sur schistes gréseux sont durs et s’érodent difficilement.
Les sols développés sur schistes du houiller bénéficient d’un excellent drainage, assurant en profondeur une alimentation en eau régulière. Acides et pauvres en matières organiques, ils nécessitent souvent une correction de pH par chaulage.
Les sols argilo-calcaires sont superficiels et présentent un pH acide.
Adossé au pied de l’Espinouse, le vignoble est implanté jusqu’à la limite maximale de 400 m d’altitude, abrité des vents du Nord, froids l’hiver et desséchants l’été, avec une orientation principale sud/sud-est favorable au cumul des températures.
La moyenne des températures annuelles est supérieure à 14°C: les mimosas poussent spontanément sur la commune de Berlou et l’on trouve sur la commune de Roquebrun des orangers en pleine terre. La pluviométrie moyenne annuelle est inférieure à 700 mm, répartis en automne et au printemps avec des variations interannuelles caractéristiques du climat méditerranéen.
La végétation naturelle se compose de chênes pubescents et châtaigniers audessus de 600 mètres, de chênes verts au-dessus de 350 mètres, puis en zone basse, d’arbousiers, de bruyère arborescente, de genêts d’Espagne, de pistachiers, de genévriers et de cistes.

b) - Description des facteurs humains contribuant au lien
L’implantation de la vigne date de la création des monastères de Saint-Laurent-duVernazoubre en 782, et de celui de Saint-Anian, en 826, dont le nom deviendra « Saint-Chinian » au Moyen-Âge. Le développement du vignoble se poursuit au cours des siècles suivants, autour des abbayes et des villages environnants, comme celui de tout le vignoble languedocien de « soubergues » (coteaux pierreux).
Après la révolution française, ce vignoble de faible productivité a vécu difficilement à proximité d’une viticulture de plaine, avec des rendements plus élevés, orientée vers la production de vin courant destiné à la population ouvrière des villes.
Beaucoup de vignerons sont alors tentés d’abandonner les coteaux aux sols pierreux pour installer leur vigne dans des terres plus fertiles avec des plants plus productifs.
Cependant, dès 1946, sous l’impulsion de Jules MILHAU, professeur d’économie natif de la région, la communauté humaine adhère à la démarche d’une production originale par la reconquête des coteaux. Cette démarche se concrétise d’abord, en 1951, par la reconnaissance en appellation d’origine vins délimités de qualité supérieure « Saint-Chinian », puis le 5 mai 1982, par la reconnaissance de l’appellation d’origine contrôlée « Saint-Chinian », enfin par la reconnaissance, le 2 février 2005, des dénominations géographiques complémentaires « Berlou » et « Roquebrun ».
En 2009, le vignoble couvre 3200 hectares pour une production de 108000 hectolitres, récoltés par 480 producteurs répartis entre 8 caves coopératives et 102 caves particulières.
Au sein de cette production, les dénominations géographiques complémentaires « Berlou », et « Roquebrun », représentent respectivement 23 hectares et 646 hectolitres, pour 1 cave coopérative et 4 caves particulières et 120 hectares et 3061 hectolitres pour 2 caves coopératives et 3 caves particulières.
Les vins rouges et rosés représentent respectivement 80 % et 18 % de la production.


Informations détaillées sur le produit:
2°- Informations sur la qualité et les caractéristiques du produit
2 types de vins rouges se distinguent :
- Les vins rouges produits dans le secteur des schistes ont une faible acidité, une robe sombre, des arômes complexes avec très souvent des notes fumées. La qualité de la structure tannique leur assure, en moyenne, une garde de 5 ans à 10 ans.
Les vins produits sous les dénominations géographiques complémentaires « Berlou » et « Roquebrun », sont de plus grande conservation et font l’objet d’un élevage minimum de 12 mois.
- Les vins rouges produits dans le secteur calcaire ont une couleur plus vive.
Jeunes, ils offrent des aromes de petits fruits rouges. A maturité ils présentent une belle persistance aromatique et la qualité de la structure tannique leur assure une conservation de 10 ans à 20 ans.
Les vins rosés présentent une robe brillante. Ils sont aromatiques, friands au goût et à consommer dans l’année.
Les vins blancs secs ont une robe claire avec des arômes de fruits exotiques, agrumes ou fruits secs.

Lien causal:
3°- Interactions causales
La conjonction, du climat méditerranéen, de la situation à l’abri des vents du nord, de l'orientation sud/sud-est du vignoble, de sols peu fertiles, confère à cette zone géographique d’excellentes conditions édapho-climatiques pour l'ensemble des cépages.
L’effet « réfractaire » des schistes, qui restituent la nuit à la vigne la chaleur emmagasinée le jour, crée des conditions de maturation optimales, notamment pour les cépages tardifs, tels le carignan N et le mourvèdre N.
L’ensemble des cépages contribue à l’expression particulière des vins et à leur complexité tant aromatique que gustative.
Le cépage syrah N, cépage précoce, apporte richesse en sucre et arômes de fruits rouges lorsqu’il est implanté dans le secteur calcaire ou de cacao lorsqu’il est implanté dans le secteur des schistes.
Le cépage grenache N et son « cousin proche », le cépage lledonner pelut N, apportent chaleur et rondeur en bouche.
Cépages historiques, le cinsaut N, traditionnellement réservé au vin rosé, entre aussi dans l'assemblage des vins rouges pour apporter toute sa finesse et le carignan N, cépage endogène par excellence, apporte du corps, des tanins et à forte maturité, des arômes de cacao caractéristiques.
Quant au mourvèdre N, vendangé de fin septembre à début octobre, il apporte des tanins fins, et des accents de mûre et d’épices.
Traduisant les usages nés au XVIème siècle, l’aire parcellaire délimitée ne retient que les sols de schistes ou calcaires gagnés sur maquis et garrigue, peu fertiles et bien exposés en excluant les versants nord traditionnellement boisés. Ces sols pauvres imposent une gestion optimale de la plante et de son potentiel de production par la conduite de la vigne et une taille courte.
L’acidité et la faible fertilité des sols, ainsi que les rendements modérés confèrent aux vins rouges leur robe sombre et leur bonne conservation, deux aspects caractéristiques du pH élevé de ces vins.
L’élevage prévu dans le cahier des charges permet aux vins bénéficiant des dénominations géographiques complémentaires « Berlou » et « Roquebrun » de se bonifier.
Le savoir-faire adapté aux conditions spécifiques de ce territoire d’abord voué à la production de vin rouge, a naturellement été appliqué pour la production des vins rosés et plus récemment des vins blancs.
Si l’histoire du vignoble de « Saint-Chinian » débute au IXème siècle avec celle de l’abbaye de « Saint-Anian », la trace de la réputation de ses vins n’est vraiment perceptible qu’à partir du XVIème siècle.
En 1590, le Duc de Montmorency, occupant la contrée, obligea les communes de Berlou, Pierrerue et Saint-Chinian à fournir chaque semaine, 3 charges de vin à la compagnie de Montryon.
Les vins de « Berlou », marqués par la présence du cépage carignan N, sont décrits dès 1904, dans « l’Indicateur des vignobles méridionaux », qui les qualifiait de vins « rouges, vifs, fins, bouquetés, corsés,…».
Cependant la notoriété actuelle des vins de « Saint-Chinian » s’est surtout construite depuis 40 ans, autour de la réputation acquise par les vins produits sur le secteur des schistes des dénominations géographiques complémentaires « Berlou » et « Roquebrun », mais aussi par le dynamisme et l’excellence d’exploitations installées au cœur de la zone argilo-calcaire. Leur reconnaissance par la presse spécialisée et leur présence continue dans les différents guides des
vins, ont largement participé à leur notoriété.
Cette notoriété, assise surtout sur les vins rouges, se traduit par une commercialisation réalisée à 80 % en bouteilles conditionnées à la propriété, et par une bonne valorisation de la production.
Tenaces, patients, observateurs, attachés à leurs racines, la communauté humaine a su au fil du temps adapter les cépages, améliorer les techniques de production et gagner la confiance des consommateurs avec pour seul objectif, la recherche de l’expression de ce terroir particulier.

Disposition complémentaire à l'étiquetage
L’étiquetage des vins bénéficiant de l’appellation d’origine contrôlée peut préciser l’unité géographique plus grande «Languedoc». Les dimensions des caractères de cette unité géographique plus grande ne sont pas supérieures, aussi bien en hauteur qu’en largeur, à la moitié de celles des caractères composant le nom de l’appellation d’origine contrôlée.

Dénomination géographique complémentaire:
L'AOC Saint Chinian peut être complétée des dénominations géographiques complémentaires "Berlou" ou "Roquebrun", selon les dispositions fixées dans le cahier des charges en ce qui concerne notamment la zone géographique de provenance des raisins, l'encépagement, le rendement, la taille, l'assemblage des vins et la durée d'élevage.


Dérogation à la production dans la zone géographique délimitée
- L’aire de proximité immédiate, définie par dérogation pour la vinification, l’élaboration et l’élevage des vins est constituée par le territoire des communes suivantes :
- Département de l’Aude : Argeliers, Bize-Minervois, Ouveillan ;
- Département de l’Hérault : Autignac, Cabrerolles, Capestang, Cazouls-lèsBéziers, Les Aires, Maureilhan, Mons, Montouliers, Olargues, Pailhès, Pardailhan, Riols, Saint-Etienne-d’Albagnan, Saint-Geniès-de-Fontedit, Saint-Jean-deMinervois, Thézan-lès-Béziers.

Commenti bloccati.