Bellet - Vin de Bellet Dop

Pubblicato da stradedeivini Nessun commento

Les vins de l'appellation Bellet sont des vins tranquilles qui se déclinent en vins rouges, rosés et blancs.

La récolte des raisins, la vinification, l’élaboration et l’élevage des vins sont assurés sur une partie du territoire de la commune de Nice dans le département des Alpes-Maritimes, au sein d’un périmètre constitué des lieudits suivants : « Candau », « Les Cappans », « Crémat », « Golfan » ....

AOP - Appellation d'origine protégée
PDO – Protected Designation of Origin
Alpes-Maritimes - Provence-Alpes-Côte d'Azur - FRANCE

Dop  Fr

Vino - Francia - Denominazione di origine protetta (DOP) - PDO-FR-A0663 - Bellet / Vin de Bellet - 
Vino - Registrata - 18/09/1973

 

Les vins de l'appellation "Bellet" sont des vins tranquilles qui se déclinent en vins rouges, rosés et blancs.
Les vins rouges présentent, au stade du conditionnement, une teneur maximale en acide malique de 0,4 gramme par litre.
Les vins présentent, après fermentation, une teneur en sucres fermentescibles(glucose + fructose) inférieure ou égale à 3 g/l.
Les teneurs en acidité totale, acidité volatile et anhydride sulfureux total sont celles fixées par la réglementation communautaire.
Les vins présentent le titre alcoométrique volumique naturel minimum suivant :

COULEUR DES VINS TITRE ALCOOMÉTRIQUE
volumique naturel minimum


Vins rouges et rosés 11 %
Vins blancs 11,5 %

Caractéristiques organoleptiques
Les vins rouges et rosés sont essentiellement issus des cépages fuella nera N et braquet N, cépages locaux, éventuellement associés aux cépages grenache N et cinsaut N, cépages très présents en Provence.
Les vins rouges offrent des arômes fruités, agrémentés de notes rappelant la cerise, les roses sauvages et les épices. Ce sont des vins d’une belle finesse, avec une structure tannique bien présente mais fondue.
Les vins rosés se caractérisent par leur finesse et leurs arômes originaux rappelant les fleurs sauvages, la rose ancienne, la violette, associés à des notes iodées en bouche.
Les vins blancs sont marqués par la présence du cépage vermentino B. Ils offrent un bouquet floral soutenu où se au sein duquel se distinguent notamment le tilleul, la fleur de vigne ou la poire, mêlé de notes d’agrume. Le gras et la structure équilibrée leur confèrent un bon potentiel de vieillissement au cours duquel se développent souvent des notes minérales.

Les vignes présentent une densité minimale à la plantation de 5000 pieds à l’hectare. Chaque pied dispose d’une superficie maximale de 2 mètres carrés.
Cette superficie est obtenue en multipliant les distances d’inter-rang et d’espacement entre les pieds.
L'écartement entre les rangs est inférieur ou égal à 2 mètres et l’écartement entre les pieds sur un même rang est supérieur ou égal à 0,70 mètre.
- La taille est effectuée avant le 15 avril.
- Les vignes sont taillées en taille courte (conduite en gobelet, en éventail ou en cordon de Royat), avec un maximum de 5 coursons à 2 yeux francs, par pied.
- Les cépages braquet N et chardonnay B peuvent être taillés en taille Guyot simple avec un maximum de 10 yeux francs par pied dont 8 yeux francs au plus sur le long bois.
- L’irrigation pendant la période de végétation de la vigne ne peut être autorisée, qu’en cas de sécheresse persistante et lorsque celle-ci perturbe le bon développement physiologique de la vigne et la bonne maturité du raisin.
- L’utilisation de la machine à vendanger ou de tout autre moyen ne permettant pas de transporter les grappes de raisin entières jusqu’aux lieux de vinification est interdite.
- La vendange est transportée dans des contenants d’une contenance maximale 50 kilogrammes de raisins.

Rendement maximal:
Le rendement est fixé à 40 hectolitres par hectare.
Le rendement butoir est fixé à 44 hectolitres par hectare.

Variétés à raisins de cuve figurant dans la liste établie par l'OIV:
Vermentino B
Bourboulenc B
Brachet N
Chardonnay B
Grenache N
Fuella Nera N
Cinsaut N
Clairette B
Ugni Blanc B
Mayorquin B

Autres variétés
blanqueiron B

Informations détaillées sur la zone géographique:
Description des facteurs naturels contribuant au lien
La récolte des raisins, la vinification, l’élaboration et l’élevage des vins sont assurés sur une partie du territoire de la commune de Nice dans le département des Alpes-Maritimes, au sein d’un périmètre constitué des lieudits suivants : « Candau », « Les Cappans », « Crémat », «Golfan », « Le Grand Bois », « Gros Pin », «Lingestiera » (en partie), « Mont-Bellet » («Cantagalet »), « Le Pilon », « Li Puncia », « Saint-Roman de Bellet », « Saint-Sauveur », «Saquier », « Les Séoules », « Serre-Long », « La Tour ».
Le vignoble de « Bellet » est situé sur les collines qui surplombent la rive gauche du Var, à l’ouest de la ville de Nice. La zone géographique est ainsi délimitée sur une partie du territoire de cette commune, dans le département des Alpes Maritimes.
La « révolution pliocène » qui a donné naissance à la Mer Méditerranée, par un basculement vers le sud de la Provence, a offert son sous-sol à cette zone géographique marquée par les influences méditerranéennes.
Les dépôts sédimentaires sont couronnés d’importantes épaisseurs de conglomérats dits « conglomérats du delta pliocène du Var ».
Au Quaternaire, le nouveau basculement de la Provence, vers l’ouest, porte ces conglomérats jusqu’à 600 mètres d’altitude et donne naissance aux coteaux escarpés de « Bellet ».
Les sols issus de ces formations sont constitués de poudingues silico-calcaires et de galets roulés issus de l’érosion des massifs alpins voisins. Le ciment des poudingues est généralement sableux, s’altérant facilement. La présence importante de grès est à l’origine de sols bien drainés dont la granulométrie est composée à 80%, voire 90% de sables grossiers ou fins.
Les parcelles précisément délimitées pour la récolte des raisins sont implantées à une altitude comprise entre 200 mètres et 400 mètres, sur les pentes escarpées des « collets » (collines), orientés au levant ou au couchant, rarement sur les plateaux.
La zone géographique bénéficie d’un climat marqué par un ensoleillement annuel important de 2820 heures et une pluviométrie annuelle moyenne de 830 millimètres.
La vallée du Var, perpendiculaire au littoral, joue un rôle régulateur particulier, en canalisant, au cours de la nuit et d’une partie de la matinée, les brises montagnardes qui descendent des Alpes, puis, en fin de journée, la brise qui remonte de la mer.
La zone géographique contemple, au sud, la baie des Anges, et au nord, le Massif du Mercantour. Crêtes, ravins profonds, pentes boisées, fraîches oliveraies, terrasses fleuries ou viticoles, dessinent une citadelle campagnarde au coeur de la ville de Nice. La vigne est cultivée sur de petites terrasses dénommées localement « planches », soigneusement préservées et entretenus, au fil des générations, par les producteurs, soucieux de maintenir l’occupation des sols contre l’urbanisation galopante de cette importante métropole.


Description des facteurs humains contribuant au lien
Les Phocéens, fondateurs de Marseille, sont, au IVème siècle avant Jésus Christ, les premiers à implanter les cultures de la vigne et de l’olivier dans la région. Les Grecs établissent plus tard le comptoir de Nikaïa (Nice).
L’implantation de la vigne y est favorisée par la situation des coteaux, suffisamment éloignés du littoral pour décourager les invasions des barbares et néanmoins assez proches de la mer pour permettre le développement des échanges commerciaux.
Au XVIIème siècle, Nice faisant partie du royaume de France, le gouverneur de la ville, Monsieur de La Fare, fournit du vin de « Bellet » au Maréchal de Catinat qui écrit : « Vous pouvez vous assurer qu’il a été trouvé admirable et qu’il a pris le dessus de tous les vins de France que nous avons ici, quoique bons et bien choisis. L’on devra se souvenir de vous dans le comté de Nice, non seulement par rapport à la belle conduite que vous avez tenue, mais encore, si ses habitants
savent y perpétuer l’intention que vous leur avez donné de pouvoir faire de si bons vins dans leur pays. »
La tradition viticole est tellement présente que le hameau de Saint-Roman de Bellet est même rebaptisé « Bacchus » pendant la révolution.
Le début du XIXème siècle marque la période la plus prospère du vignoble puisque sa superficie atteint alors plus de 1000 hectares.
Malheureusement la vigne qui couvre les collines avant l’invasion phylloxérique en 1888, n’est replantée que partiellement.
Malgré la culture de l’œillet de Nice, qui est très lucrative après la seconde guerre mondiale, le vignoble est progressivement réhabilité grâce à la volonté de quelques familles de vignerons qui replantent des cépages anciens et locaux très caractéristiques et adaptés à ce territoire, comme le cépage vermentino B, dénommé localement, « Rolle », et destiné à la production de vins blancs, et comme les cépages braquet N et fuella nera N (ou « folle noire ») réservés à l’élaboration de vins rouges et rosés.
Ce territoire, ce paysage, cette histoire, cette communauté humaine qui a su maintenir ce petit vignoble donnent toute l’originalité aux vins produits, typicité liée au terroir reconnue en appellation d’origine contrôlée « Bellet » le 11 novembre 1941.
Le vignoble de « Bellet » a une superficie, en 2009, de 55 hectares pour une production moyenne annuelle de 800 hectolitres élaborés par 11 caves particulières. Les vins rouges représentent 41 % de la production et les vins rosés, 23 %. Le vin blanc représente 36% de la production.


Informations détaillées sur le produit:
Les vins rouges et rosés sont essentiellement issus des cépages fuella nera N et braquet N, cépages locaux, éventuellement associés aux cépages grenache N et cinsaut N, cépages très présents en Provence.
Les vins rouges offrent des arômes fruités, agrémentés de notes rappelant la cerise, les roses sauvages et les épices. Ce sont des vins d’une belle finesse, avec une structure tannique bien présente mais fondue.
Les vins rosés se caractérisent par leur finesse et leurs arômes originaux rappelant les fleurs sauvages, la rose ancienne, la violette, associés à des notes iodées en bouche.
Les vins blancs sont marqués par la présence du cépage vermentino B. Ils offrent un bouquet floral soutenu où se au sein duquel se distinguent notamment le tilleul, la fleur de vigne ou la poire, mêlé de notes d’agrume. Le gras et la structure équilibrée leur confèrent un bon potentiel de vieillissement au cours duquel se développent souvent des notes minérales.


Lien causal:
Les parcelles destinées à la récolte des raisins, implantées en terrasses sur les versants bien exposés de coteaux escarpés, à une altitude comprise entre 200 mètres et 400 mètres, présentent des sols développés sur poudingues et galets roulés. Ces sols, bien drainés, limitent les conséquences des orages méditerranéens et assurent un enracinement en profondeur de la plante. La bonne ouverture de paysage permet de bénéficier des conditions climatiques particulières et notamment d’un ensoleillement abondant et des influences climatiques, à la fois maritimes et montagnardes, liées à la proximité de la Mer Méditerranée et à la présence de la vallée du Var avec ses alternances quotidiennes de brises nocturnes et diurnes. Les brises assèchent les vignes après les orages, limitant naturellement le développement des maladies cryptogamiques, et modèrent les ardeurs solaires estivales en les rafraîchissant.
Ces situations offrent aux cépages niçois, fuella nera N, braquet N et vermentino B des conditions particulièrement favorables à une maturité progressive optimale et à une expression originale et élégante, aux accents plus septentrionaux que méridionaux.
Elles imposent une gestion rigoureuse de la plante et une maîtrise de la vigueur et du potentiel de production traduite par des pratiques de faibles rendements (40 hectolitres par hectare), et par une gestion des densités de plantation qui intègre la culture en terrasses.
En 1847, un membre de l’Académie Royale des Sciences de Turin souligne ce lien entre la qualité des vins produits et le milieu naturel : « Les fonds calcaires et sulfureux aux environs des collines de Nice, à l’exposition du midi, produisent les meilleurs vins : la qualité connue sous le nom de Bellet est particulièrement renommée…Le Bellet se conserve sans altération pendant de nombreuses années…il rivalise par sa délicatesse autant que par sa force spiritueuse avec les vins les plus exquis de l’Europe méridionale »
Soucieux du respect des caractéristiques du milieu physique et biologique qui constitue un élément fondamental du terroir, des paysages et de la qualité de leur production, les producteurs ont défini dans le cahier des charges des règles rigoureuses telles que la maîtrise de la végétation spontanée, entre les rangs de vigne, et des tournières, par des moyens uniquement mécaniques.
En conservant la tradition de récolte manuelle des raisins, les producteurs de « Bellet» contribuent à préserver l’originalité et les caractéristiques de leur vignoble implanté en terrasses ou « planches » sur les pentes des « collets ».
Le savoir-faire des élaborateurs et leur fidélité à un patrimoine végétal original, s’exprime dans les soins apportés à la vendange afin de préserver le potentiel qualitatif des raisins et en particulier leurs caractères aromatiques.
La période minimale d'élevage des vins blancs et rosés jusqu'au 1er mars de l’année suivant celle de la récolte, et définie dans le cahier des charges, s’impose afin d’obtenir des vins aux arômes floraux épanouis et expressifs.
La période minimale d'élevage des vins rouges jusqu'au 15 février de la 2ème année qui suit celle de la récolte, et définie dans le cahier des charges, s’impose afin d’obtenir des vins aux arômes complexes mais surtout pour que les tanins deviennent ronds et soyeux.
La notoriété et la réputation des vins de « Bellet» continuent à prospérer grâce à la volonté des producteurs. Elles sont évoquées par Thomas Jefferson, Ambassadeur de son pays auprès de la cour de France, qui, en visitant, Nice en apprécie les « crus ». Père de la constitution américaine et Président des EtatsUnis d’Amérique, il commande du vin de « Bellet » jusqu’en 1817.
Plus récemment, René Renou, alors Président du comité national compétent de l’Institut national de l’origine et de la qualité, écrivait « Je voudrais dire mon admiration pour l’appellation d’origine contrôlée « Bellet » qui a su maintenir le cap d’un vignoble de qualité et d’exception pendant soixante ans pour atteindre ce que l’on pourrait appeler un niveau d’excellence, malgré toutes les embûches qui l’ont menacée, au long de son histoire. La menace de l’urbanisation galopante dans ce secteur n’est pas des moindres. Nice aurait pu avaler d’une bouchée ce vignoble.
Il n’en a rien été. C’est aujourd’hui un sujet de fierté, grâce à des hommes qui ont su résister à un appât du gain facile au profit d’une histoire, d’une tradition, d’une culture, maintenant contre vents et marées l’âme de cette région ».
Enfin, la chanson officielle du Carnaval de Nice datant de 1924 évoque : « Dans les grands verres déjà il pétille le vin de « Bellet » si cher au cœur des bons Niçois, célibataires et belles filles viennent boire chacun sa part ; cet élixir scintille mieux que jouvence et jamais à l’écart ».

Commenti bloccati.